Informations
Interview : PORTUGAL 2017 - Cinq minutes avec Salvador Sobral
Imprimer  
Publié le 18 Février 17 à 17h20  / Modifié le 18 Février 2017 à 17h21  Par Mathias
Désolé pour le petit hiatus portugais – on a de nouvelles interviews pour toi ! Le Festival da Cançao 2017 commence demain, et il est temps de découvrir de nouveaux artistes.

Rencontrez Salvador Sobral !
And here is the English version!

Salut Salvador ! Peux-tu d'abord nous parler de toi ?


Salvador Sobral est juste un garçon normal, qui essaye de trouver le bonheur, comme tout le monde. Il l'a trouvé dans la musique. Il a aussi trouvé un moyen de l'exprimer, sa voix, avec laquelle il espère communiquer un peu de ce même bonheur quand les gens l'entendent. Il va continuer cette quête du bonheur aussi longtemps que sa voix chantera.

Que devrions-nous attendre de ta chanson ?


C'est une chanson d'amour. Une chanson d'amour triste. Elle est influencée par ces vieilles chansons du Great American Songbook et elle possède aussi une touche des magnifiques mélodies bossanova. C'est ma sœur qui est la compositrice, elle l'a écrite et a pensé que je serais la bonne personne pour la chanter.

Mon premier album a aussi été très influencé par le jazz alors, dans ce sens, la chanson est de la même gamme. J'ai été invité à chanter cette chanson pour le Festival. C'est tout ce que je veux faire, la chanter du mieux que je sais le faire, et essayer de communiquer un peu d'émotions au public quand je le fais.
Je pense que les nouvelles règles du Festival sont dans l'ensemble bonnes parce que désormais, Festival da Cançao et Eurovision vont fonctionner comme une sorte de showcase pour la musique de certains des plus grands artistes que nous avons ici.



Quelles sont tes influences musicales ?


J'aime le jazz et c'est le style musical que j'écoute le plus. Mais en ce moment, je découvre des nouvelles choses que j'aime, et qui possède un bon son. Comme le nouvel album de Bon Iver, ou Patrick Watson. Même Kanye West ou Anderson Paak.
Pour ce qui est des artistes portugais, j'apprécie B Fachada, Marcia, Capitão Fausto, Samuel Uria et Luisa Sobral, évidemment.

Comme tout autre pays, dans l'industrie musicale portugaise, ce qui est important, c'est de vendre. La musique passe au second plan. Les artistes sont des produits et ces produits doivent être vendus. Et c'est comme ça...

As-tu des liens avec la France ? Des choses qui te rendent triste, qui te font sourire ?


Musicalement, j'ai été à une époque addict au jazz manouche, à Django Reinhardt et je pense que d'une certaine façon cela m'a aussi influencé.

Nous sommes au milieu d'un boom technologique avec les iPhones et Facebook. Il semblerait que désormais, les gens sont trop dépendants. Parfois, cela m'inquiète. D'autres fois, je me dis que nous sommes comme des enfants, surexcités avec plein de nouveaux jouets. Mais plus le temps avance, plus on en aura marre des likes et des selfies, et on rangera les jouets sur une étagère sans jamais plus les toucher. Comme les enfants. Donald Trump m'inquiète ! Beaucoup.

L'amour me fait sourire.
La musique me fait sourire.
La bonne nourriture me fait sourire.
La bonne poésie me fait sourire.
Le bon cinéma me fait sourire.
Les humains me font sourire.



Salvador, merci beaucoup pour cette interview ! Avec sa chanson Amar pelos dois, le chanteur fera partie de la première demi-finale du Festival da Cançao ce samedi !
Dernières infos sur le même sujet ...
Eurovision 2017 À l\'affiche ce soir : PORTUGAL 2017 - Festival da Canção 2017 - 2ème demi-finale
© 
Portugal
Parlez-en à vos amis

Bientôt...
Calendrier
08/08Ukraine Junior 2017 : Demi-finale
25/08Biélorussie Junior 2017 : Finale nationale
26/08Suède 2018 : P4 Nästa - Finale
02/09Pays-Bas Junior 2017 : 1re demi-finale
09/09Pays-Bas Junior 2017 : 2e demi-finale
16/09Pays-Bas Junior 2017 : Finale nationale

© Eurovision-fr.net - 1999-2013 - mentions légales