SUISSE 2019 : Entrevue exclusive avec Cake O'Phonie
Publié le 02 Août 19 à 16h10 / Modifié le 02 Août 2019 à 17h01 Par DRS2G
C'est dans le cadre des répétitions générales ce Vendredi après-midi du 2nd Concours Eurovision des Chorales que notre site a eu l'opportunité de nous entretenir au sein de la Partille Arena avec Antoine Krattinger, le chef de chœur des représentants suisses à Göteborg ce Samedi, à savoir les Cake O'Phonie.

La chorale originaire de Fribourg a été désignée pour représenter la Suisse à l'édition 2019 du Concours Eurovision des Chorales via le télé crochet de la RTS Chorus, diffusée en direct depuis les studios de la chaîne de télévision publique romande en Novembre et Décembre dernier.


Biographie des Cake O'Phonie et d'Antoine Krattinger :

La particularité de Cake O’Phonie, c’est de n’avoir d’existence que grâce à Chorus. Un petit groupe de passionnés originaires de Fribourg avait envie de tenter cette expérience atypique, mais comme il ne comptait pas assez de membres, il a décidé de recruter d’autres amateurs férus de chant pour se lancer dans l’aventure.
Ainsi naquit Cake O’Phonie : sept hommes et sept femmes, sous la direction d’Antoine Krattinger, issus d’horizons variés mais tous liés par la passion et le goût du défi.
Construire un groupe dans un délai limité avec des membres ne se connaissant pas tous à l’origine et monter un programme de chansons de variétés harmonisées pour l’ensemble n’est pas une mince affaire.
La motivation a soudé le groupe, pour aboutir à un résultat sans l’ombre d’un doute bien loin d’une cacophonie…

Antoine Krattinger suit des cours de piano au Conservatoire de Fribourg dès l’âge de neuf ans. Influencé par tout genre de musique, il aime retranscrire au piano les chansons qu’il écoute. A l’adolescence, il monte un groupe avec des amis, tout en s’intéressant à la MAO (musique assistée par ordinateur) et composant ses premières instrumentales.

​Il est également très actif dans le paysage choral fribourgeois. Il chante dans le chœur de jeunes Zik’Zag de 2013 à 2018 et dirige le chœur Intrè No de 2015 à 2017. Directeur actuel du Chœur des Guelins de Billens depuis 2017, il chante également dans un octuor vocal, l’Ensemble Noctuor. On peut aussi le trouver sur divers projets musicaux en tant qu’accompagnateur au piano, chanteur, réalisateur artistique ou directeur musical.




Entrevue exclusive avec Antoine Krattinger des Cake O'Phonie :

Eurovision-Fr.net : Quelle a été la motivation des Cake O’Phonie pour prendre part à Chorus / Eurovision Choir?

Antoine Krattinger :
A la base, on était un groupe de 8 chanteurs nommé Noctuor : 4 hommes et 4 femmes. On a entendu parler que la RTS souhaitait produire une émission durant laquelle une chorale avait l’opportunité de représenter la Suisse à l’Eurovision. A la suite du casting, auquel on avait passé avec succès, les 4 garçons étaient motivés, les filles moins. Du coup, on avait décidé de fonder une nouvelle formation, avec désormais 14 membres, les Cake O’Phonie, car on ne souhaitait pas passer à côté de cette opportunité de prendre part à Chorus, qu’on avait gagné au final. C’est un peu par chance qu’on se retrouve ici à Göteborg.

EFR : Comment comparerais-tu le projet Cake O’Phonie par rapport à Zik’Zag, Intrè No ou le Choeur des Guelins?

AK :
Zik’Zag était un chœur de jeunes dans lequel j’avais commencé à chanter quand j’avais 17 ans, là où j’ai appris à former ma voix, à chanter en choeur.
Intrè No était le 1er chœur que j’avais commencé à diriger, qui chantait en patois, dans lequel je ne faisais que de la direction.
Le Chœur des Guelins est lui une formation que je continue de diriger, avec des artistes plus expérimentés.
Du coup, tous ces projets n’ont rien à voir avec Cake O’Phonie, dans la mesure où je dirige et chante à la fois, mais aussi m’occupe des arrangements.

EFR : Qu’est-ce qui caractérise la culture fribourgeoise par rapport aux autres traditions suisses/européennes, question par rapport à vos costumes de scène que vous avez fait réaliser par l'Ecole de Couture de Fribourg et financer via crowdfunding?

AK :
Il y a un certain ancrage musical au sein du Canton de Fribourg, où il y a plus de chanteurs et un plus grand intérêt pour les chorales, mais aussi des fanfares, des brass bands,...
C’est sûrement lié au fait que Fribourg possède des auteurs-compositeurs renommés tels l'abbé Joseph Bovet pour ne citer que le plus connu.

EFR : Comment a été décidé le choix de votre chanson pour la Finale “Believer” des Imagine Dragons?

AK :
On voulait montrer une nouvelle facette des Cake O’Phonie. Le récital au 1er tour Samedi sera un medley de chants traditionnels suisses (Chante en mon cœur, La sera sper il lag, Poï, Le ranz des vaches, La ticinella, Beresinalied et Chanson d’ici).
Pour le 2nd tour, ce sera au contraire un titre pop moderne, celui du groupe rock alternatif Imagine Dragons était très rythmé, pour toucher un public jeune, et que j’avais des idées d’arrangement pour Eurovision Choir pour cette chanson-ci.


Un grand merci à Antoine Krattinger pour sa disponibilité, à Julian Nicole-Kay pour son aide la plus précieuse dans la tenue de cette entrevue, ainsi qu'aux équipes de la RTS (Jean-Marc Richard et Fanny Eternod en tête) pour leur sympathie.

La Suisse se produira en 9ème position ce Samedi soir.

Eurovision Choir 2019 sera diffusée pour la Suisse en direct sur RTS 1 à 20H30 CET, commentée depuis Göteborg par Jean-Marc Richard et Philippe Savoy, chef du Chœur Saint-Michel, lui aussi originaire du Canton de Fribourg.

Eurovision-Fr.net est accrédité et présent sur place à Göteborg du 31 Juillet au 6 Août 2019 pour couvrir à la fois l'Eurovision des Chorales 2019 et les festivités des Jeux Européens des Chorales 2019.

© Eurovision-fr.net - 1999-2019 - mentions légales