Concours Eurovision de la Chanson 1960 - 1964

5e Grand-Prix Eurovision de la Chanson Européenne 1960 à Londres au Royaume-Uni, Présenté par Catherine Boyle
Royal Festival HallAprès leur deuxième victoire, les Pays-Bas refusèrent d'organiser la finale l'année suivante. Le pays qui s'était classé deuxième se chargea de recevoir les 13 participants, le Luxembourg revenait, la Norvège débutait. La Finlande assura également la retransmission sans y participer. Le Grand-Prix avait lieu le 29 mars au Royal Festival Hall.

Catherine BoyleCatherine Boyle, présenta pour la première fois l'émission totalement en anglais et ne présenta pas chaque chanson. Chacune d'elles eu à la place un panneau sur lequel s'affichait le titre, les auteurs compositeurs et l'interprète. Il ne restait plus qu'à faire un plan figé sur cet affichage pendant quelques minutes pour permettre aux commentateurs de faire leur présentation à leurs pays respectifs.

Le décor était en rapport avec les paroles de chaque chanson. La chanson italienne devint encore un grand succès "Romantica" chantée en français par Dalida.

Le système de vote était le même que l'année précédente. Et après le passage de la dernière chanson, Catherine Boyle appela les différents jurys dans l'ordre inverse. Il y eut un match très serré entre la France et le Royaume-Uni. Match remporté par Jacqueline Boyer et sa chanson "Tom Pillibi". Cette chanson parle d'un personnage dont on dirait aujourd'hui qu'il est un dragueur. La charmante chanson française, un peu enfantine, connut un bon succès dans son pays et ailleurs en Europe. François Deguelt, le crooner français se classait 3e pour Monaco.
6e Grand-Prix Eurovision de la Chanson Européenne 1961 à Cannes en France, Présenté par Jacqueline Joubert
Logo Eurovision 1961Après la belle victoire française le Grand-Prix revenait au Palais des Festival sur la Cote d'Azur le 18 mars 1961. Pour la première fois il avait lieu un samedi soir. C'est toujours Jacqueline Joubert qui accueillit les participants. Cette année trois nouveaux pays briguaient le titre Européen : l'Espagne, la Finlande et la Yougoslavie, 16 pays avaient donc fait le voyage de Cannes.

Le décor retenu était à s'y méprendre un décor de jardin d'un grand château, avec des escaliers de pierre, des fleurs, des tentures. Une grande scène, et un concours semble-t-il mieux préparé qu'en 1959. Jacqueline Joubert présenta toutes les chansons en Français. Parmi les concurrents pour l'Allemagne Lale Andersen, elle était connue dans son pays pour avoir été l'interprète initiale pendant la dernière guerre de "Lili Marlène".
Elle dû à l'époque, sous la contrainte politique, interpréter cette chanson dans les casernes allemandes pour soutenir le moral des troupes. Elle abandonna cette chanson de son répertoire par la suite. Au grand étonnement de tous, Lale Andersen a d'ailleurs à Cannes interprété une partie de sa chanson en Français.

Comme en 1956, il y eut un entracte de quelques minutes entre la dernière chanson et le vote. La RTF avait mandaté deux danseurs étoiles de l'Opéra de Paris pour donner une courte représentation de leurs talents pendant que les jurys comptaient leurs votes.

Après le vote, c'est le Luxembourg qui signe sa première victoire avec un jeune premier comme interprète : Jean-Claude Pascal.
La chanson "Nous Les Amoureux" qui pour fuir aux mauvaises langues se réfugient dans leur amour. Jean-Claude Pascal avait indiqué dans une interview que sa chanson parlait d'amours homosexuelles et qu'à l'époque il n'était pas possible de le dire et l'écrire plus clairement.
Le Royaume-Uni se classe encore une fois 2e grâce aux duettistes les frères Allisons. La France ne se classe que 4e avec une chanson entraînante mais difficile à interpréter, Jean-Paul MAURIC devait sans cesse chercher ses paroles dans sa mémoire.
7e Grand-Prix Eurovision de la Chanson Européenne 1962 à Luxembourg au Luxembourg, Présenté par Mireille Delannoy
Ce n'est pas parce que c'est le plus petit pays de l'Eurovision que le Grand-Duché n'allait pas organiser le Festival. La CLT plaça l'événement dans le grand auditoire de la Villa Louvigny. Cette résidence au centre de la capitale, était le lieu où Radio Luxembourg et Télé Luxembourg produisaient leurs programmes.
Le dimanche 18 mars, Mireille Delannoy présenta en français l'émission qui comptait les mêmes pays participants que l'année précédente.
Logo Eurovision 1962Le décor rappelait les grandes demeures du XVIe siècle avec tentures, fleurs. La salle brillante étaient composée de personnalités, du spectacle français principalement, invitées par Télé Luxembourg. Une nouvelle règle fût introduite, limitant la durée des chansons à trois minutes. Cette règle est toujours en vigueur aujourd'hui.

Les chansons participantes s'enchaînèrent sans présentation individuelle. Un petit incident se produisit juste après le passage de la chanson Française, une coupure générale d'électricité plongea le Grand Auditoire dans le noir. Les téléspectateurs Européens durent patienter quelques secondes devant un écran noir.

L'Allemagne était parmi les favoris cette année là avec Cornelia Froboess (photo) et sa chanson "Zwei kleiner italiener" (Deux petits italiens). Elle contait l'histoire de deux italiens émigrés en Allemagne pour travailler et qui pensaient à leurs fiancées restées au pays. L'Italie justement, représenté par un de ces chanteurs les plus talentueux, Claudio Villa, très apprécié du public italien.
Cornelia Froboess (Allemagne)
Après la dernière chanson on crut voir arriver un 17e concurrent. En fait c'était le célèbre clown Achille Zavatta chargé d'assurer l'entracte. Il représentait "Zavattaland" et joua merveilleusement différents instruments de musique qu'il n'hésita pas à voler à quelques musiciens de l'orchestre, avant d'être sorti de la scène par deux membres musclés du service d'ordre.

Le vote connu un changement notable. Les jurys nationaux étaient toujours composés de 10 membres chacun. Chaque membre du jury disposait de trois votes : 3 points à la chanson qu'il jugeait la meilleure, 2 points à la deuxième et 1 point à la troisième. Après addition des votes individuels dans chaque jury, le Président du Jury attribuait 3 points à la chanson ayant obtenu le plus grand nombre de votes, 2 points à la seconde et 1 point à la troisième.

La 3e victoire de la France fût assez nette avec 26 points. "Un Premier Amour" qui ne s'oublie jamais selon Isabelle Aubret.
Cette jeune artiste eut une carrière remarquable en France, interprétant les œuvres de grands auteurs/compositeurs tels que Jean Ferrat ou Jacques Brel.
Le tiercé de tête était exclusivement francophone d'ailleurs puisque Monaco se classa 2e avec une chanson composée par Henri Salvador et interprétée par François Deguelt "Dis Rien". Le Luxembourg qui avait gardé les mêmes auteurs/compositeurs que l'année précédente se classait 3e avec "Petit Bonhomme" une chanson du père à son fils interprétée par Camillo Felgen.
8e Grand-Prix Eurovision de la Chanson Européenne 1963 à Londres au Royaume-Uni, Présenté par Catherine Boyle
Logo Eurovision 1963Après cette troisième victoire, la télévision française ne souhaitait pas organiser le Grand-Prix une troisième fois en 5 ans. Le Royaume-Uni proposa donc aux 16 pays participants de se retrouver dans les studios de la BBC le samedi 23 mars pour un Concours qui allait connaître plusieurs modifications.
Pour la première fois, une femme, Yvonne Littlewood, fut chargée de la réalisation de l'émission.

Voyant l'événement en grand, la Télévision Britannique l'installa dans trois studios différents : un pour la scène, un pour l'orchestre et un autre pour y installer le public. Catherine Boyle était encore une fois l'hôtesse de la soirée. Elle ne présenta pas chaque artiste mais seulement l'émission et le vote en anglais intégralement. Avant chaque chanson une carte de l'Europe avec une petite ampoule électrique qui s'éclairait sur le pays qui allait entrer en scène.
Le décor était très simple, généralement des mobiles qui s'accordait à la chanson où à la tenue de l'artiste.
Ester Ofarim Alain Barrière
Ester Ofarim (Suisse) Alain Barrière (France)

Ce concours est un des rares où autant de noms connus ont participé en même temps. Ester Ofarim pour la Suisse, Alain Barrière pour la France, Françoise Hardy pour Monaco et Nana Mouskouri pour le Luxembourg.
Un quart des artistes au moins était déjà connu ou allait faire une grande carrière après leur passage à l'Eurovision.
Françoise Hardy Nana Mouskouri
Françoise Hardy (Monaco) Nana Mouskouri (Luxembourg)

Pour l'entracte,  un numéro de cirque fût joué en attendant les résultats. Il s'agissait d'équilibristes.

Le vote subit encore une fois quelques modifications : les jurys nationaux étaient composés maintenant de 20 membres, chacun d'eux avait cinq votes de 1 à 5 points à attribuer à leurs cinq chansons favorites. Après totalisation dans chaque pays, le Président du Jury national attribuait une note de 5 points à la chanson arrivée en tête, 4 points à la seconde et ainsi de suite jusqu'à 1 point à la chanson classée 5e. Autre nouveauté, la présentatrice était également en liaison téléphonique avec un Scrutateur de l'UER, un arbitre dont la décision devait trancher en cas de difficultés. Et justement, quelques difficultés apparurent avec le porte parole du jury Norvégien. Celui-ci ne se conformait pas à l'ordre dans lequel il devait attribuer ses points, et comme il n'entendait pas la présentatrice, elle dut à regret ne pas enregistrer son vote immédiatement. Elle indiqua qu'elle appellerait à nouveau le jury d'Oslo après avoir enregistré les autres votes.
Après le vote du Luxembourg, qui aurait du être le dernier, la Suisse était en tête et le Danemark 2e à un point d'écart.
Mais il restait à rappeler le porte parole Norvégien afin qu'il puisse donner ses résultats conformément au règlement. Le vote Norvégien alors annoncé était totalement différent de celui annoncé dans le désordre lors du premier appel. Il devenait plus favorable au Danemark. En Suisse on se souvient encore de ce dénouement.

Malgré la présence d'artistes francophones reconnus ou en voie de l'être, c'est le couple composé de Grethe et Jorgen Ingmann qui remporte le Grand-Prix avec seulement 2 points d'avance sur la Suisse. Ce couple danois devint très célèbre chez eux.
Leur divorce plusieurs années après provoqua une vive émotion dans le pays. Alain Barrière pour la France ne se classa que 5e avec une chanson qui connut un énorme succès dans l'hexagone et lança la carrière du jeune chanteur breton.
9e Grand-Prix Eurovision de la Chanson Européenne 1964 à Copenhague au Danemark, Présenté par Lotte Wæver
Logo Eurovision 1964C'est le jour du printemps que la Télévision Danoise invita les participants à concourir à la Salle de Concert du Parc Tivoli. Ce parc très réputé pour avoir à l'époque la grande roue la plus haute du monde. Les chansons furent présentées en danois par Lotte Wæver à la voix magnifique. Les participants étaient encore au nombre de 16. Le Portugal faisait ses débuts, et la Suède ne put participer en raison d'une grève des artistes dans ce pays.

Le logo apparut après le logo Eurovision traditionnel, sur une musique jouée par la Garde Royale du Danemark.

Parmi les participants, pour le Luxembourg un artiste français très connu Hugues Aufray et sa chanson "Dès que le printemps revient" qui connu un certain succès. Pour Monaco la première participation de Romuald qui aura aussi un bon succès à l'époque. Pour l'Autriche Udo Jürgens pour la première fois parmi les candidats.
Lotte Wæver entre en scène Lotte Wæver ... "Good evening Europe !"
Lotte Wæver entre en scène pour accueillir les téléspectateurs

Pendant la présentation des chansons, entre deux titres, il y eut une manifestation d'un individu qui voulait protester contre la participation du Portugal, en raison de la politique des dirigeants Portugais dans les colonies Africaines. Le service d'ordre a vite ramené le calme dans la salle permettant à Lotte de continuer la présentation des chansons.

Il faut noter le titre de la chanson Allemande, c'est encore aujourd'hui le plus long titre enregistré à l'Eurovision : 34 lettres au total.

La Garde Royale danoise de retour sur la scène joua quelques airs de musique pendant l'entracte.
Tivoli Koncertsal Gigliola Cinquetti (Italie)
Tivoli Koncertsal à Copenhague Gigliola Cinquetti (Italie)

Le vote subit encore des modifications, celles-ci se stabilisèrent les années suivantes. Les jurys étaient composés de 10 membres, chacun disposant de 9 voies (5 points, 3 points et 1 point). Ensuite après addition des voies le Président du Jury National attribuait 5 points à la chanson arrivée en tête, 3 points à la seconde et 1 point à la troisième. Toutefois si seulement deux chansons obtenaient la totalité des voies il donnait 6 points à la première et 3 points à la seconde, si une seule chanson obtenait la totalité des voies il lui attribuait les 9 points. Un règlement un peu compliqué.

Pour la première fois, l'arbitre scrutateur de l'UER était présenté au public et avait installé son bureau sur la scène pendant le vote. Lotte appela les jurys en anglais ou français.

La victoire de l'Italie était très claire. Cette jeune fille Italienne de 16 ans chantant qu'elle n'avait pas l'âge pour aimer a ému bien au delà des frontières du Danemark ou de son propre pays. Gigliola Cinquetti remporta plusieurs succès, d'abord au vote qui lui était très favorable et ensuite dans le public Européen, son titre devenant un énorme succès à travers le monde. Gigliola Cinquetti continua ensuite une carrière remarquable, et est toujours une très grande vedette en Italie. La France se classa 4e avec une interprète débutante issue du "Petit Conservatoire de Mireille". La chanson qu'elle interpréta au Concours resta dans les mémoires mais sans commune mesure avec la chanson française de l'année précédente.
© Eurovision-fr.net - 1999-2013 - mentions légales